Le travail de Laurent Quillet se résume en une démarche analytique de la notion de la mesure, plus précisément du temps.

Que signifie le temps et comment l’être humain l’appréhende-t-il ? Passé, présent et futur se conjuguent pour nous interroger et porter à confusion notre propre rapport à l’espace-temps. La réflexion que l’artiste mène sur ce thème lui permet de mettre en exergue certaines évidences, qu’elles soient d’ordre scientifique ou du domaine de la vie quotidienne. Le temps est dès lors considéré plastiquement sous des formes physiques (corporelle et scientifique), mathématiques, acoustiques et philosophiques. Ces différentes recherches visent à rendre tangible l’intangible, visible l’invisible, formel l’informel.

 

Mettre en avant ce qui est, donner de l’intérêt à la futilité, dans ses multiples propositions le plasticien obtient une confrontation positive entre l’humain et l’univers, de sa valeur dans son espace, des faits et mouvements de l’homme et des planètes, de la relation établie entre le petit et le grand, entre le contenu et du contenant. Le constat fait partie intégrante de son oeuvre, qu’il soit exploité grâce au médium vidéo, dessins, écrit ou sonore, les données composant chacune de ses réalisations offrent une réalité sur différents moments composant une vie humaine:

Mouvement, voix, échange, présence | absence, perception, ressenti.

 

Par son retour aux sources, les valeurs intimes deviennent alors universelles. 

 

Robin Legge

Le travail de Laurent Quillet se résume en une démarche analytique de la notion de la mesure, plus précisément du temps.

Que signifie le temps et comment l’être humain l’appréhende-t-il ? Passé, présent et futur se conjuguent pour nous interroger et porter à confusion notre propre rapport à l’espace-temps. La réflexion que l’artiste mène sur ce thème lui permet de mettre en exergue certaines évidences, qu’elles soient d’ordre scientifique ou du domaine de la vie quotidienne. Le temps est dès lors considéré plastiquement sous des formes physiques (corporelle et scientifique), mathématiques, acoustiques et philosophiques. Ces différentes recherches visent à rendre tangible l’intangible, visible l’invisible, formel l’informel.

 

Mettre en avant ce qui est, donner de l’intérêt à la futilité, dans ses multiples propositions le plasticien obtient une confrontation positive entre l’humain et l’univers, de sa valeur dans son espace, des faits et mouvements de l’homme et des planètes, de la relation établie entre le petit et le grand, entre le contenu et du contenant. Le constat fait partie intégrante de son oeuvre, qu’il soit exploité grâce au médium vidéo, dessins, écrit ou sonore, les données composant chacune de ses réalisations offrent une réalité sur différents moments composant une vie humaine:

Mouvement, voix, échange, présence | absence, perception, ressenti.

 

Par son retour aux sources, les valeurs intimes deviennent alors universelles. 

 

Robin Legge